Uncategorized

Ces jours où je prefererais que Dieu regarde à mes actions plutots qu’à mon coeur.

« L’Eternel ne considère pas ce que l’homme considère; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au coeur. » 1 Samuel 16:7
Cette petite phrase je l’ai appris dans une chanson au détour d’une colo, d’un CD des granjean ou à l’école du dimanche.  Tirée de la Bible, elle m’est revenue en tête aujourd’hui, alors que je cherchais un verset qui parle de notre rapport actions VS intentions.

Quand on fait un cadeau pourris, on nous répond, parfois d’un ton condescendant : « c’est pas grave, c’est l’intention qui compte ». Et puis quand on fait un truc pourris dans la vie, si on avait de bonnes motivations, Dieu pourrait nous dire un truc du genre :  » C’est pas grave, c’est l’intention qui compte ».

Je me rend compte particulièrement cette semaine, même si c’est une constante relativement sinusoïdale dans ma vie, que j’aimerais que Dieu me dise : « C’est très bien, et tant pis pour tes intentions plus que douteuses ». Alors, j’me dis, que desfois, il me faut avoir assez de courage pour pas faire des actions qui sont positives, si je le fais pas pour les bonnes raisons. Ou alors, prendre du temps au milieu de mon actionisme pour laisser Dieu transformer mes mauvaises raisons. Parce que si, à la place de l’amour, j’ai l’orgueil, l’occupation, la classe, l’orgueil, la vanité, l’orgueil (j’lai déja dit non?), l’envie d’être acceptée/reconnue, la pitié, (…) je ne suis rien, et ce que je fais ne sert à rien. (Petit arrangement autour d’1 Corinthien 13)

Publicités

Un commentaire sur “Ces jours où je prefererais que Dieu regarde à mes actions plutots qu’à mon coeur.

Les commentaires sont fermés.