Bucket List·Sooo Good...

Ireland Tour 1/2

_tim3186_small
Là BAAAAAAAAs, Au ConnemaraaAAAAAA….

 

#6 – Faire un Road Trip
#166 – Voir un deux dauphins (mort)
#167 – Chanter Les lacs du Connemara au Connemara
#168 – Visit the Giant Causeway
#169 – Dormir dans un cottage typique
#170 – Ecouter de la musique Irlandaise dans un pub
#171 – (Ne pas) dormir dans un aéroport

Là, normalement, si tu connais le principe de ma bucket list, tu te dis que c’est impossible d’avoir 6 items qui se suivent que j’ai coché tous en même temps. Tu te dis sans doute que j’ai triché et que je les ai rajouté après les avoir fait. Tu aurais bien raison. J’ai triché. Mais cette bucket list est autant pour faire des trucs de fou que de se rappeller des trucs de fou que j’ai fait 😉

Anyhow, j’en suis à 171 trucs écrit (pas tous sont faits hein !) sur cette liste et c’est classe. Je n’aurais jamais pensé en 2013 quand j’ai commencé cette liste en disant à Dieu : »Vazy, fais moi rêver » que j’aurais autant de grands et petits stupides projets à mettre en place.

Bien sûr, j’ai pas écrit tout les trucs de fou qu’on a vécu en Irelande :
Manquer de s’envoler et de se croûter de la (haute et très abrupte) falaise à cause du vent le plus fort de ma vie [c’est bon maman, on est tous en vie ;)],
Ne rien comprendre à l’accent Irlandais
Faire des coinches H24
Galérer comme des gorets pour récupérer la voiture de location …

[Des photos arrivent tout bientôt]


Mais sinon, j’ai aussi une morale spi à cette semaine.

Quand on étais en haut d’une des montagnes collines dans le parc National du Connemara, il y avait beaucoup beaucoup de vent. C’était moins impressionnant que la veille où on était juste à côté des falaises hyper hautes de Moher. Là au moins, dans le Connemara, si le vent est trop fort, on fait (juste) des (bons) roulés-boulés le long de la colline (outch, dans la bruyère quand même). Donc, le vent nous pousse en avant et si tu sautes, le vent te déplace de quelques centimètre. Relativement effrayant (la veille, j’avais eu un épisode particulièrement glorieux où je me suis mises à me déplacer à 4 pattes tellement le vent me poussait en avant près de la falaise et que je flippais. Passons.)

Donc, je suis là (bas au Connemara. Merci Michel) et je lutte contre le vent. Quand le vent est fort, tu te mets (enfin, moi au moins, toi j’espère que tu as une bonne technique pour pas te ramasser la colline) automatiquement en position plié-à-l’opposé-du-vent. Si le vent te pousses en avant, tu vas te pencher légèrement en arrière pour pas tomber tu vois l’idée ?

A ce moment là, j’me suis demandé si je pouvais voir ça d’un point de vue spirituel aussi. Est ce que quand Dieu me pousse dans une direction (et lui, il veut pas nous faire débouler la colline en nous transformant en boule vivante de bruyère, on est d’accord), je plie mes genoux pour pas y aller. A un moment sur la colline, j’ai essayé de me détendre et de relâcher mes efforts jambaires de lutte avec le vent et je me suis rendue compte que le vent était pas si fort que ça (j’ai pas essayé trop non plus. J’suis pas dingue)
Voila ma réflexion donc : est ce que Dieu me pousse parfois (souvent) dans une direction et moi je flippe tellement que je bloque mes genoux et je bouge pas et je trouve que Dieu souffle tellement fort et c’est horrible et tout et tout. C’est où que Dieu veut m’emmener ? Et même si je connais juste la direction du vent mais que je connais pas la destination où il veut m’embarquer, pourquoi j’ai peur de me ramasser dans la colline ?
Dieu est un Papa d’amour et c’est sûr qu’il va pas volontairement -pour le plaisir de la chose) me faire aller ramasser à mains nues toute la Bruyère de l’Irlande (enfin, je crois ;). Si il souffle dans une direction, j’peux avoir la confiance qu’il m’emmène dans une belle destination et j’peux relâcher mes genoux et me mettre en marche.

Facile. (Mouai.)

Publicités