Uncategorized

Quand Dieu fini un chantier

Ô joies du smartphone : j’écris cet article depuis la gare Part-Dieu où j’attends mon train (qui a du retard, tout naturellement).

Donc en venant à pied à la gare depuis chez moi, j’ai découvert un endroit tout transformé. Depuis 1 an 1/2 que je prends mes trains dans cette gare, je voyais cette zone en chantier et aujourd’hui j’ai enfin vu le résultat. Le bâtiment et le chantier ont disparu ce qui fait que on peut maintenant voir la gare là où on ne voyait que des barrières de chantier.

Vous voyez où je veux en venir normalement 😉 [pour vous mettre en condition, le petit monsieur de la SNCF vient d’annoncer encore plus de retard sur mon train].

Donc ça me fait penser aux gros chantiers de ma vie. Les choses pour lesquelles je prie pour que Dieu agisse. Les endroits de mon être qui ont encore tellement besoin de guérisons, de transformations, de purification, de salut, de rédemption… Je pense aussi à toutes les zones qui ne sont pas encore en chantier mais où probablement Dieu viendra poser des fondations un jour.

Je pense aussi aux chantiers fini. Ces chantiers qui ont duré un peu plus longtemps que ce qu’on avait prévu (on dirait que c’est devenu une habitude dans le bâtiment).  Là où j’ai pu danser sur la construction enfin terminée en célébrant la puissance et la fidélité  incroyable de notre Dieu. Le genre de danse qu’on danse à genoux parce qu’on a du mal à tenir sur nos jambes à cause du trop plein de reconnaissance.

Dans ma vie, je vois bien plus souvent tous les chantiers en cours et j’ai du mal à profiter de la vue qu’offre une esplanade vidée de tout les outils de construction. Mais Dieu me rappelle ce soir de profiter de la vue, de profiter de la liberté et de célébrer chaque petit ouvrage terminé. Il me rappelle que lui-même est à l’œuvre pour tout ce qui reste à construire, aplanir, démolir, nettoyer… #Dieucemaitreoeuvre #Dieucemaitred’ouvrage.

Voilà [mon train n’est toujours pas arrivé 😉 ]

Publicités
Uncategorized

2017, l’année de ‘delight’

2017-delight-2

En Janvier,  j’ai choisi un mot qui définirait mon année. C’était un super exercice de se poser devant Dieu en lui demandant quel concept il voulait que je vive plus particulièrement durant les 12 prochains mois. J’avais lu qu’on sait qu’on a trouvé son mot de l’année lorsque qu’on sait que c’est lui mais qu’on est dégouté parce qu’on a pas vraiment envie que notre année ressemble à ce mot. Alors moi, avec ‘Delight’, j’étais plutôt satisfaite parce que c’est tranquille. J’ai cru innocemment que ‘delight’, ça laissait imaginer une année parfaite avec des licornes qui tombent du ciel, mon cœur qui déborde de paillettes à chaque instant, aucun problème, des circonstances qui sentent la rose à tous les coins de rue et des relations idyllique avec tous les gens de ma life.

2017 n’était pas horrible. 2017 n’était pas géniale. 2017 était une année normale, avec des gros défis et des grandes joies. De très belles rencontres.  Des guérisons et des zones qui doivent encore être touchées par la main de Dieu. Des moments tristes et des moments pleins de joie. Des miracles ordinaires et des situations encore en attente de son action.

Finalement, même si j’ai oublié la plupart du temps que 2017 était l’année de ‘delight’ , c’est souvent dans les moments les plus durs de l’année que cela me revenait en mémoire #merciSaintEsprit. Je finis cette année d’autant plus convaincue que Dieu, même au cœur des plus sombres circonstances, est toujours une source de delight et que c’est de notre ressort d’aller le chercher.

Pendant ces derniers jours de 2017, j’ai beaucoup (beaucoup) écouté Vianney ‘Sovereign over us’. Si tu veux écouter cette chanson, c’est par .

Une phrase de cette chanson me parle particulièrement : Your promises are my delight. Ça me fait penser que même dans ce qui est difficile, même dans les choses en attente, même dans les situations apparemment sans issues, ses promesses restent vraies et qu’elles sont notre source d’espérance. Et comme on sait que ces promesses deviendront une de réalité palpable un jour, ici sur terre ou là haut, qu’elle joie et quel delight !

Alors, sur ce, bye-bye 2017 !  2018, we can’t wait to see what you have in store for us!

PS : j’ai pas encore mon mot de 2018, mais je crois que ça devrait être un de ces mots qui me plaît pas trop. Yipee !

Agape·Sooo Good...·Uncategorized

30 Jours de Gratitude 1/2

30 Jours de reconnaissance sur les réseaux sociaux (et ici aussi, comme ça, pas de jaloux !)

Sur Facebook & Instagram, Agape Campus Lyon a lançé #30joursdegratitude et #Agapecampuslyonthanksgiving. On se prépare tout doucement pour la fête de Thanksgiving en développant dès maintenant un cœur reconnaissant. 1 photo par jour pour dire qu’on est reconnaissant. Je me suis dis que je pourrais recopier ici les photos que je mets sur Facebook pour tous les chanceux qui vivent dans un monde sans Facebook !

 

Uncategorized

#? Faire la femme sandwich

J’ai encore perdu ma bucket list donc je ne sais pas de quel numéro il s’agit.

J’ai fait la femme sandwich à la fac et j’ai l’air hyper à l’aise [non, c’est faux, je n’étais pas hyper à l’aise].

J’ai pris ma dignité, je me suis assise dessus* et je suis descendue dans la cour de la fac avec #Martin (Luther) placardé devant et derrière moi. Martin n’a pas vraiment fait d’émule, même si quelques étudiants était quelques peu perturbé de découvrir que Martin Luther King était blanc. Alala, les confusions historiques. Classique.

J’ai tenu à peu près 5 minutes à affronter les regards perplexes des étudiants et j’ai filé le sandwiches martinesque à un étudiant d’Agape plus courageux. Les étudiants à qui j’ai parlé dans cet accoutrement n’ont pas été convaincus par ma sanité d’esprit (ni même par mon humour apparement), alors que je présentais Martin (Luther) comme « le beau gosse » ou que je leur demandais si 2017 était le 500ème anniversaire de la ratatouille.

Y a pas, avec Agape, on est créatifs pour que les étudiants viennent à notre exposition sur la Réforme Protestante. 🙂

*Si vous avez vu ma dignité, je veux bien la récupérer d’ailleurs.

Uncategorized

Summer 2017

Uncategorized

Dormir à Bouge ta France

Comme les photos prises en situation dans l’aéroport de Dublin (voir ici) m’ont tellement fait rire moi-même, j’ai décidé de récidiver.

En vrai, ça ressemble un peu à ça. Avec les 5 heures de sommeil chaque nuit, il faut bien trouver de quoi compléter sa nuit dans la journée.
Un article un peu plus sérieux et détaillé arrive bientôt. (demain, hopefully, sinon c’est fin Août 😉

 

Agape·Uncategorized

L’amitié ça passe par des soirées.

DSC05689
En l’honneur du 4th of July – fête nationale US, on a squatté le Parc de la tête d’Or.  On a pas l’habitude de mettre un drapeau USA dans les endroits où on mange sans bonnes raisons.

Comme vous pouvez le lire dans le titre de cet article, je suis un peu une spécialiste en phrases pêchues qui riment et qui servent un peu à rien. Oui, c’est un de mes dons. Oui, c’est dur à porter, beaucoup de responsabilités, mais je gère. Cette phrase-ci ferait très bien sur une carte postale un peu désuette ou moche. (je n’ai pas de dons en graphisme par contre) Voyez plutôt :

Du coup, à Agape, on part du principe que si on veut apprendre à se connaître, on veut passer du temps ensemble. On se dit aussi que si on se connaît et qu’on est amis, on pourra plus facilement inviter nos amis aux soirées fun. En effet, jamais personne ne s’est dit « Bon, Agape, c’est un peu relou, les gens c’est pas vraiment mes amis, mais moi j’ai très envie d’inviter mes amis à ce groupe. C’est sûr que eux seront à l’aise même si moi je ressent le malaise à chaque fois que je vais là-bas ». Cela ne marche pas comme ça du tout, vous imaginez bien !
Donc, on fait des soirées fun, informelles, entre amis. Et le concept d’inviter nos amis qui ne connaissent pas de chrétiens ou qui arrivent à Lyon ou qui s’ennuient ce soir là est hyper important pour nous.
Donc mon rôle dans ce cas là est de co-organiser avec un ou plusieurs étudiants une soirée. Combien de personnes viennent, comment on fait, qui fait quoi, « il ne faut pas oublier les serviettes en papier ! », tout ça, tout ça ! J’ai pleiiiiiins d’idées de soirées fun que l’on pourrait faire l’année prochaine, et j’ai hâte d’aider à organiser, de partager mes idées ou juste d’aller à ces soirées pour apprendre à (mieux) connaître les amis des étudiants.

Mon top 5 d’idées pour des soirées relationnelles :

  • Rando de nuit à Lyon (mon activité préférée. Quand je suis toute seule, j’écoute du Goldman. EN groupe, je m’adapte, je discute)
  • Soirée cuisine (quand tu épluches des carottes, c’est dingue comment tu peux partager des trucs profonds !)
  • Soirée Ninkasi maison (Bière Limonade & Burger)
  • Soirée qui veut gagner des millions
  • Soirée déguisée à thème

J’vous tiendrais au courant des soirées de l’année prochaine !

Et si toi tu as des idées de soirées, hésite pas à commenter pour me transmettre tes idées 😉